A propos


Le matériel n’est rien sans le photographe.

Photographe

Hervé Stievenart


1982, c’était bientôt l’hiver; aux marais d’Harchies sur la digue qui sépare les deux étangs, un filet vert dans les herbes fanées; par dessous un homme jeune (il avait 21 ans) appareil photo et téléobjectif à la main, les images convoitées étaient celles de grèbes jougris.
Je ne savais pas que cette première rencontre allait être le début d’une longue amitié.
Hervé Stiévenart a témoigné de l’intérêt pour la nature, les oiseaux en particulier dès l’âge de 14 ans (il a reçu sa première paire de jumelles). Quelques années plus tard il devient membre de plusieurs associations de conservation de la nature.
La photo, il la découvre en 1981; grâce à un job d’étudiant il achète son premier boîtier et son premier téléobjectif. C’est le début d’une longue histoire. Etudiant aux moyens financiers limités Hervé économise, rogne sur les amorces de films pour réaliser un maximum de photos, et quelles photos ! Dès le début il fait preuve de patience et de grandes qualités techniques, qualités qui ne feront que se développer au fil des années. Les premiers résultats sont probants. Après avoir obtenu son diplôme d’ingénieur, et son premier emploi, Hervé investi dans du matériel plus performant. Les images s’améliorent. 1994 la vie active a raison (provisoirement) de la passion; il arrête la photo d’oiseaux : construction de sa maison (il a tout fait, des plans à la construction elle-même), obtention d’un diplôme de géomètre expert (en un an et en travaillant, alors que dans de telles circonstances il en faut au minimum trois) ne laissant pas de place à la photographie. D’autant plus qu’Hervé est le père de deux enfants, Aurore et Clément, auxquels il consacre, avec Marie-Christine sa charmante épouse, beaucoup de temps.
C’est en 2000, à l’occasion de vacances en Italie, que la petite flamme de la passion photographique se manifeste lors de l’initiation de son fils à la prise de vue. Il faudra encore quelques années pour qu’explose littéralement son activité de photographe animalier.
Aujourd’hui Hervé dispose d’une des plus belles collections de photos d’oiseaux d’eau (et bien d’autres encore). Les qualités techniques y sont, bien sûr, mais aussi l’approche esthétique ne se dément pas au fil de ses réalisations.
Hervé est un « gagneur », dans le meilleur sens du terme : il met tout en œuvre pour réussir ses projets. Il paie de sa personne (qui peut se vanter de passer 10 à 14 heures dans une eau à 5° C pour ramener une superbe collection de photos de canards ?). Il parvient à concilier son activité professionnelle, une vie de famille chaleureuse et sa passion pour les images d’oiseaux (notamment), passion qu’il partage désormais avec son fils.
De plus Hervé est en amitié, comme dans le reste de sa vie : fidèle, persévérant et disponible.
Les images qu’il nous montre nous font déjà rêver, qu’en sera-t-il des prochaines ?

Feu Dr Jean-Pierre Verhaegen
past Directeur du Centre de Recherches biologiques d’Harchies